X3.60 | Dragon's Dogma : Dark Arisen

Faisant figure de « réédition augmentée », Dark Arisen parût en 2013, pour le plus grand plaisir des plus patients et des insatiables. Je fais partie de la première catégorie ; l'attente en fût donc d'autant plus éprouvante (bon d'accord j'en rajoute des tonnes, mais il faut bien meubler le texte, non ? 😉 ).

dragon-s-dogma-dark-arisen-xbox-360-1348213822-001

Dragon's Dogma se présente comme un jeu de rôle médiéval-fantastique, mais avec un fort côté hack'n'slash. L'aspect JDR se ressent surtout au niveau de la création et de la gestion des personnages, bien étoffée, malgré des menus discutables. Comme tout bon JDR, l'aventure, après une courte introduction de gameplay, commence par une phase de création de notre personnage très proche de celle de n'importe quel JDR : compétence, apparence, métier etc. De la même manière, on doit ensuite créer le PNJ qui nous accompagnera, appelé Pion. L'originalité du jeu consiste dans le fait que ce PNJ par nos soins créé sera disponible pour la communauté du réseau XBLive.  Pour compléter notre équipe de 3 PNJ, on recrutera alors 2 autres « Pions » d'autres joueurs du réseau dans un monde parallèle, une faille spatio-temporelle, en bref : un prétexte bidon pour inclure un salon d'échange de PNJ XBLive dans le gameplay. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais cela donne une bonne rejouabilité au titre en créant une variété de combinaison de personnages pour l'équipe. Un petit conseil : misez sur la magie pour cette extension !

Considérant que l'on trouvera une multitude de critiques du jeu de base sur le net, concentrons-nous sur les innovations apportées par cette édition 😉 .

dragon-s-dogma-dark-arisen-xbox-360-1355739181-011

Les joueurs semblaient se plaindre du bavardage incessant de nos PNJ. Dans cette édition, cet aspect a été modifié, et s'ils ne sont pas devenus muets, les informations qu'ils donnent sont souvent utiles, voire salutaires, à condition de comprendre l'anglais parlé, parce que dans le feu de l'action, on n'a pas le temps de lire à l'écran les sous-titres. Au passage, l'action est toujours trépidante et les monstres toujours aussi gigantesques, mais j'y reviendrai un peu plus tard... 😮

L'IA m'a semblé assez bonne, bien qu'il ne faille pas trop s'approcher des précipices, car les PNJ ont  la fâcheuse manie de vouloir s'y jeter :mrgreen: . La gestion des « téléportations » a aussi été modifiée et facilitée (le prix des transpierres a fortement baissé) .

Mais le gros morceau de Dark Arisen réside bien sûr dans l'aventure supplémentaire, dont le pitch est l'apparition d'une île au large. Ne cherchez pas à savoir pourquoi, le scénario est toujours aussi abscons que dans le jeu de base. En revanche, ce vide narratif est compensé par une atmosphère de plus en plus pesante, une ambiance de plus en plus sombre au fil de l'aventure. Toute cette extension consiste en un donjon gigantesque.  On s'enfonce dans des niveaux de plus en plus profond, à l'obscurité de plus en plus étouffante. Autant le dire tout de suite : l'extension est à mes yeux meilleure que le jeu de base. L'aventure se passe donc dans des environnements confinés, on y perd donc en sensation de liberté, celle que l'on ressentait en explorant les contrées de la Terre du M..... euh.... de Gransys. En revanche, on y gagne en à peu près tout.

dragon-s-dogma-dark-arisen-xbox-360-1358948714-032

  • Une ambiance donc plus sombre, une progression dans la sensation d'angoisse au fil de l'histoire, clairement inspirée par le jeu Dark Souls et portée par des graphismes soignés.
  • Un bestiaire BEAUCOUP plus varié. Ce paramètre m'avait gêné dans le jeu de base, amenant un sentiment d'ennui vers la fin de l'aventure. Ici chaque mini ou gros boss est renouvelé d'un lieu à l'autre, ainsi que tous les petits ennemis. Les boss sont toujours aussi imposants, malgré des bugs de collision nombreux, mais peut-être inévitable, vu que ces créatures remplissent parfois totalement la pièce où se passe le combat ! On a toujours ce plaisir de s'accrocher à l'ennemi gigantesque, de saisir les pattes de cette créature volante pour un aller simple vers le plafond, voyage se terminant inévitablement par un gadin monumental 😛 .
  • Si le côté « monde ouvert » semble moins évident dans cette extension vu que l'on reste toujours dans un donjon, il faut reconnaître que le « level design » est absolument inspiré ! Et finalement, l'exploration ne semble pas moins conséquente, parce qu'on a l'impression de ne jamais en voir le bout, d'avoir loupé une porte à tel endroit, un embranchement à tel autre endroit.
  • La difficulté a été nettement revue à la hausse. Certains boss me semblent impossibles en dessous d'un niveau 70. Dragon's Dogma devenait rapidement très facile, une fois notre équipe expérimentée. Dark Arisen présente un tout autre niveau de défi. A tel point que parfois on ne verra pas d'autre option que celle de fuir misérablement, pour revenir éventuellement plus tard (et encore, pas sûr… Ce dragon me fait vraiment trop flipper, maman !)  Sachant que l'on commence Dark Arisen environ au niveau 50, les connaisseurs apprécieront la marge de progression nécessaire 😉 .
  • La musique anachronique de heavy-metal de l'écran titre a disparu ! 😮
  • De nouveaux modes de jeu sont apparus : mode runthrough et difficulté facile.
  • Pour un détail de toutes les modifications, rendez-vous sur la Page CAPCOM

Image de prévisualisation YouTube

Histoire5
Graphisme7
Bande-Son8
Gameplay8.5
Durée de Vie8
Bonne durée de vie, graphisme amélioré, difficulté rehaussée etc. sont d'autant d'arguments pour cette excellente extension pour un jeu de base qui ne l'est pas moins.
7.3

Leave a reply